Ventre privé à -70% inscriptions limitées

Je m’inscris

Grossiste vêtement bébé : la bonne affaire

grossiste-vetement-pourbebe

grossiste-vetements-pourbebe

Vendre des vêtements de bébé en gros, c’est se positionner sur un marché de niche dans la filière prêt-à-porter. Ce type de fournisseur s’adresse alors à des détaillants eux-mêmes spécialisés dans la mode enfantine ou non. Les produits de bébé peuvent trouver leur place aux côtés d’une collection de vêtement pour femme ou homme, disposés dans un rayon à part. Les enseignes multinationales sont présentes sur ce segment, mais l’on peut surtout compter des ateliers de design et jeunes marques basés en France, mais qui font fabriquer leurs produits à l’étranger. Le grossiste en vêtements présente une ligne de vêtement pour homme et femme, d’un côté, une pour enfants et bébé d’un autre côté. Il s’associe alors avec plusieurs marques pour proposer des milliers de références disponibles en partie en stock.

La vente de vêtements, de chaussures et d’accessoires pour bébé est une spécialité que l’on retrouve aussi bien au niveau du grossiste que des détaillants. Un catalogue pour le rayon bébé et puériculture peut être enrichi de milliers de références. La mode pour les petites filles et petits garçons se renouvèle autant que les lignes de vêtement pour femme et homme. Un enfant est à la fois consommateur et prescripteur. Bien des parents n’hésitent pas à acheter à la demande de leurs progénitures des articles de dernière mode qui font fureur dans la cour de récréation. Nos petits bouts de choux peuvent être stylés au mignon en étant habillés d’un pantalon ou d’une robe d’une grande marque, des petites chaussures d’une maison renommée dans l’univers du luxe, des accessoires dignes des princesses et des superhéros.

grossiste-devetement-pourbebe

La qualité des produits est prise en compte de manière rationnelle dans la filière textile. Elle détermine en fait le prix de revient sur la base de la matière utilisée, du 100 % coton, du velours très doux et même du cachemire, mais aussi du savoir-faire industriel ou artisanal qui a été déployé. À partir du prix d’usine, la marque va prendre sa marge et revend par la suite aux grossistes et autres fournisseurs. En fin de compte, il y a une grande différence entre le prix du produit à la création et son prix à la production, d’un côté, que le prix final en boutique d’un autre côté. Une petite robe fabriquée à 2 euros va être proposée à 10 euros. Les produits des enseignes de luxe se retrouvent auprès de leurs distributeurs et de rares grossistes partenaires. Les prix tombent dans l’irrationnel puisque c’est la notoriété de la marque qui est vendue. On peut donc trouver de petites chaussures à 200 euros, un pyjama à 100 euros. Votre bébé a forcément du style quand il porte du Marc Jacobs ou du Karl Lagerfeld. Des enseignes spécialisées au rayon enfant/bébé comme Billybandit et Cadet Rousselle sont aussi des références.

Une matière à discussion

La création française est une valeur sure dans le prêt-à-porter pour enfant et les produits textile pour bébés. De l’innovation et de la créativité dans le design permettent de lancer de nouvelles tendances. La révolution dans les matières lance le débat sur la suprématie nécessaire de la fibre naturelle pour l’habillement destiné aux tout-petits. La fibre chimique obtenue à partir de matière naturelle est en train de se faire sa place. La fibre synthétique s’impose sur les vêtements qui ne sont pas directement en contact avec le corps. Il ne faut pas oublier que ce type de produits présente des risques pour la santé, car il est potentiellement allergène. Beaucoup de fabricants utilisent le tissu synthétique dans la fabrication de vêtements pour les 0 à 14 ans. Les consommateurs s’y perdent facilement à cause des mélanges présentés en pourcentage. Par exemple 20 % coton, 80 % polyester.

Les noms commerciaux utilisés pour désigner les types de fibre artificielle les rendent inoffensifs auprès des consommateurs. Nombreux sont pourtant ceux qui tirent la sonnette d’alarme sur un message marketing qui fait oublier le risque. L’origine naturelle d’une fibre est louable, mais elle ne fait pas oublier le processus industriel qui l’a transformé en tissu, avec notamment l’utilisation de beaucoup de produits chimiques. En tout cas, la nocivité des fils de viscose n’est pas établie. Ce qui conduit les fabricants à utiliser ce genre de tissu. Ce choix se justifie par un cout des matières premières plus abordable qui va faire baisser le prix de revient du produit. Un grossiste en vêtement qui privilégie les vêtements fabriqués avec des fibres naturelles est un bon partenaire pour une boutique qui se lance dans la vente de vêtements en gros pour bébés. Le coton est une valeur sure et les consommateurs sont prêts à payer la différence de prix pour obtenir des vêtements de qualité et de marque pour le bien de leurs enfants.