Ventre privé à -70% inscriptions limitées

Je m’inscris

Les fournisseurs de vêtement en gros dans le circuit du prêt-à-porter

fournisseur-vetement-gros

fournisseur-vetements-gros

Dans le commerce du prêt-à-porter, les intermédiaires sont nombreux et interviennent à différents niveaux. Que ce soit le grossiste ou le détaillant, chacun a son fournisseur. Le circuit de distribution est parfois long et les marges nombreuses ; cela pouvant avoir un impact sur le prix de vente final. Le fournisseur de vêtement en gros est connu pour être le grossiste qui fournit aux détaillants une collection pour homme, femme et enfants de l’une des marques qu’il représente. Faire le bon choix pour ce qui est de son partenaire commercial peut être déterminant pour le succès de la boutique de mode. Des vêtements de qualité et à petit prix avec une livraison sans retard ni incident, c’est ce que l’acheteur veut.

En France, les entreprises opérant dans la filière mode sont plus de 300 000. Ce chiffre s’explique par la venue sur le marché de nouveaux petits acteurs qui tentent de trouver leur place. Le fournisseur de vêtements en gros est au cœur du circuit de distribution. C’est lui qui vient s’approvisionner auprès des marques et des fabricants pour les revendre aux détaillants, parfois à d’autres grossistes qui assurent la fonction d’intermédiaire commerciale dans les régions. Avec la prolifération de grossistes de vêtements sur internet, il est difficile de cerner qui fournit qui. En réalité, les vrais distributeurs en contact avec les enseignes de prêt-à-porter et les fabricants sont rares. On les distingue par le fait qu’ils ont des entrepôts où sont stockés des milliers de références. Ils sont à même de livrer des commandes ou d’expédier ces dernières sans délai. On peut voir leurs produits dans leur showroom où les acheteurs peuvent faire des choix en obtenant toutes les informations nécessaires.

fournisseur-vetement-engros

Des intermédiaires qui ne fournissent pas

Dans le circuit de distribution de prêt-à-porter, on peut rencontrer de nombreux acteurs. Il vaut mieux connaitre leur rôle pour ne pas se tromper de stratégie commerciale. Il y a les showrooms où les ateliers et maisons de création présentent leurs collections de marque pour homme, femmes et enfants. On y retrouve des vêtements, mais aussi des chaussures et des accessoires. Ce n’est pas une boutique ni un point de vente ou de retrait, par contre, l’acheteur peut passer commande si des modèles l’ont convaincu. Les showrooms ne sont pas une exposition permanente. Les collections sont renouvelées et il se peut que de nouveaux créateurs prennent la place d’un autre. Le dépôt-vente est légèrement différent, car les pièces qui y sont déposées sont destinées à la vente. L’avantage pour les créateurs c’est d’avoir une visibilité si l’adresse est connue dans le milieu. Il n’y a pas de contraintes de stockage, car tout est pris en charge. L’inconvénient c’est que les pièces en question ne sont plus disponibles pour être montrées ailleurs alors qu’elles n’ont pas encore été payées. S’il y a des invendus à la fin de la saison, le responsable du dépôt les retourne tout simplement, car il n’a aucun engagement sur les stocks.

Produire ou fournir

Pourquoi les marques ou leurs fabricants ne se positionnent-ils pas comme fournisseur potentiel des boutiques ? Ce serait un grand raccourci et il y aura surement un problème de distance. Il y a des distributeurs officiels, mais eux seuls n’ont pas la capacité d’inonder le marché. Il faut des forces de vente supplémentaires, et complémentaires, pour que les détaillants dans une ville du sud comme du nord de la France soient fournis. Les intermédiaires permettent d’externaliser la fonction commerciale qui aurait de toute manière coûté du temps et de l’argent à l’entreprise. La proximité avec les détaillants est l'objectif à atteindre. Ces grossistes de vêtement de marque se rémunèrent par une marge qu’ils prélèvent avant de revendre aux détaillants. Ce n’est pas une perte d’argent pour les marques qui ont déjà pris leur marge par rapport au prix d’usine. Si sa notoriété est grande, elle ne trouvera aucun problème à ce que le prix final soit élevé. Tout est question de positionnement et de segmentation. La qualité des vêtements sera l’ultime argument. Le développement d’une marque est coûteux. Il faut du personnel pour créer, faire la communication et vendre. Les frais de production d’une collection de vêtements de marque en France, notamment, ne sont pas accessibles à tous que la plupart se contentent de prototypes. Voilà pourquoi un grossiste qui a un réseau de distribution ne s’aventure pas à créer sa propre ligne de vêtements. Il se contente de fournir des produits créés et fabriqués par d’autres.