Ventre privé à -70% inscriptions limitées

Je m’inscris

Pourquoi contracter avec un grossiste vêtement français ?

grossiste-vetement-francais

grossiste-vetements-francais

Un grossiste de vêtement français sait qu’il doit se soumettre aux dispositions légales applicables. Le contrat est à la fois une contrainte et une garantie pour les deux parties, une bonne conduite commerciale à adopter. Ce n’est jamais de la paperasserie inutile, car il en va de la sécurité de vos affaires. Des organismes publics assurent une fonction de conseil et de contrôle pour que les activités de commerce se déroulent bien dans un environnement de concurrence. Avant de mettre en œuvre votre projet de boutique de prêt-à-porter, maitrisez tous les arcanes du commerce de détail. Le marché est encore large et il y a de la place pour une nouvelle société qui sait se démarquer.

Le secteur textile est un business qui marche, que ce soit pour son industrie de production où de nombreuses entreprises opèrent que par le nombre des distributeurs et des consommateurs. L’État veille à l’application des règles et essaie de protéger la filière française. Une entreprise qui propose ses services à des personnes qui en ont besoin contribue à l’économie de sa ville. Paris semble saturée de boutiques, mais elle fait toujours l’objet de convoitise. Sur le plan national, la France reste un pays où l’achat d’un article de mode est un sport quotidien. La préférence nationale n’existe pas à l’heure de la mondialisation des enseignes.

Sur le plan commercial, la filière mode brasse quelque 34 milliards d’euros sur une année. Ce chiffre est en constante augmentation. Le travail ne manque pas dans cette filière qui emploie 130 000 personnes. Les pouvoirs publics veillent à une bonne gestion et une organisation d’un système entrepreneurial qui compte pas moins de 1 150 sociétés et qui connait un développement phénoménal. Le consommateur continue à dépenser pour des achats dans des magasins spécialisés et sur internet. En matière de textile, les grossistes et les détaillants professionnels sont au centre d’un système qui renouvelle son offre tous les jours. La zone d’implantation devient secondaire grâce à internet. Au cours des années 2010, les fabricants et les industriels produisent pour honorer des commandes formulées par les établissements commerciaux. Une maison de couture prend la décision de faire fabriquer des pièces à l’autre bout du monde. Si la confection en matière d’habillement et d’équipement échappe aux industriels français, la création reste dans l’Hexagone. Ce commerce est définitivement international.

grossiste-devetement-francais

Contrat de distribution : les points à négocier

Le contrat de distribution ou les Conditions Générales de Ventes méritent une analyse approfondie. Ce document précise tout ce qu’il faut prendre en compte en ce qui concerne la vente proprement dite, et donc l’objet du contrat, le transfert de propriété, l’origine des marchandises, la passation des commandes, la livraison… Les prix et les remises accordées en fonction du volume de commande doivent aussi y figurer, ainsi que les conditions de règlement.

Ce document qui régit votre relation avec le grossiste est le fruit de négociations, parfois à mener sur le long terme. Notez qu’il ne s’agit pas toujours de négocier les tarifs au plus bas, mais plutôt d’obtenir un rapport qualité-prix satisfaisant. La qualité dont il est question fait référence à la prestation proprement dite. Votre grossiste peut alors accepter de vous proposer un service de livraison gratuite ou des conditions de paiement préférentielles.

Dans le cadre de ces négociations, il est question de convenir d’un tarif ou d’une fourchette pour un volume de commande déterminé. En vous référant au montant affiché par le grossiste, vous pouvez d’emblée préciser un pourcentage de remise afin que votre tarification wholesale puisse être qualifiée de préférentielle.

Tout ceci vous évite d’avoir besoin d’une négociation à chaque commande, car ceci risque de retarder les démarches indispensables pour renflouer votre stock. De plus, négocier par à-coups est susceptible de mettre à mal vos bonnes relations avec le commerçant de gros.

Et si vous souhaitez rompre le contrat

Un contrat, aussi bien négocié soit-il, peut prématurément prendre fin. En cause, une insatisfaction pour ce qui est des caractéristiques des produits, des retards fréquents de livraison ou même une commande non honorée. Pour que ces manquements du grossiste puissent être pris en compte au niveau de la justice, il est impératif que vous, en tant que partenaire d’affaire et détaillant, ayez respecté à la lettre toutes les obligations qui vous incombent.

Un arbitrage défavorable de votre cas devant les tribunaux compétents peut mettre à mal votre renom en tant que commerçant de vêtements fashion. Pour éviter d’en arriver à ce point, il est préférable de rompre le contrat en respectant le délai de préavis mentionné dans le contrat qui vous lie.

Pour ne pas pénaliser le grossiste, et comme cela se fait généralement pour éviter de se faire condamner, il est recommandé de procéder par paliers, et de réduire progressivement le volume des commandes. Le versement d’une indemnité ou des dispositions convenues d’un commun accord peuvent aussi être appliqués. Dans tous les cas, demandez conseil auprès d’un expert ou d’organisme compétent pour ne pas vous retrouver dans l’illégalité.

Où s’informer au besoin ?

Lorsque vous décidez de devenir revendeur d’une ou plusieurs marques, ou si vous décidez de créer votre boutique de vêtements, vous n’avez peut-être pas en main toutes les cartes nécessaires pour traiter des procédures administratives applicables. C’est la raison pour laquelle il importe de pouvoir compter sur l’avis de divers organismes qui régulent les réseaux de fabrication, distribution et consommation, et qui veille à ce que la concurrence reste dans le domaine de la légalité.

La Commission d’Examen des Pratiques Commerciales fait partie de ces organismes. Vous pouvez lui soumettre les cas auxquels vous pourriez être exposés. Son site dispose d’un outil de question-réponse, qui peut être une source d’information intéressante.

Le Code de Commerce vous livre également les renseignements dont vous pourriez avoir besoin, et qui font référence à la liberté de définir le coût d’un produit, à la transparence des transactions et négociations ou encore aux bonnes pratiques du commerce. Il en va de même de la revue du BOCCRF et d’une manière plus générale, du site Légifrance.