Ventre privé à -70% inscriptions limitées

Je m’inscris

Lancer un magasin grossiste de vêtement de marque

magasin-grossiste-vetement-marque

magasin-grossiste-vetements-marque

Parmi les produits à la tête des ventes sur le marché des vêtements, les collections de grandes marques permettent aux entreprises du secteur textile de réaliser un bon chiffre d’affaires. Un très bon rapport qualité-prix et une disponibilité à l’achat ont boosté la consommation. Dans le cadre d’une concurrence, le service fait la différence autant que l’objet même de la vente. La nature des clauses dans le contrat entre les détaillants, les grossistes en vêtement et les fabricants facilite ou au contraire complique l’approvisionnement et le renouvellement des stocks.

Le commerce de gros est l’activité qui est au cœur du système permettant de démocratiser les marques de prêt-à-porter créées par une société, cette dernière ayant son siège en France ou étant une multinationale. L’État français réglemente cette filière sur de nombreux points, de la production à la distribution. L’analyse des contraintes légales et réglementaires permet de mettre en place une stratégie commerciale. Le comportement des consommateurs dans les magasins, notamment à Paris, influence les activités d’une entreprise qui réussit dans cette industrie baignant parfois avec l’univers du luxe. L’impact sur l’économie n’est pas aussi important que pour les industries alimentaires, même si la mode emploie plus de 300 000 personnes.

Bien connaître son partenaire commercial

Les pays en développement représentent un centre d’intérêt pour les grandes enseignes du prêt-à-porter. Il y a un profil type du fabricant qu’un groupe ou une multinationale va chercher pour nouer des relations commerciales. Au savoir-faire et à la dextérité du personnel s’ajoutent l’utilisation de la matière première, le détail des finitions, le respect du Code du travail, l’application d’un processus défini et l’attractivité de l’offre. Ces informations sont scrutées par la direction chaque année avant de passer commande. L’origine d’une collection est en effet considérée sur les marchés, en marge de la valeur de la marchandise et la conformité à la norme française. On note une évolution des pratiques commerciales depuis quelques années. Le taux des marchandises de contrefaçon a diminué grâce à un contrôle renforcé.

magasin-grossiste-vetement-demarque

Une information sur les sociétés, un plan directeur national d’occupation du territoire, les surfaces dédiées aux grossistes textiles dans une zone déterminée, les opérations marketing en faveur des enseignes présentes dans la filière, les équipements pour personnaliser son entrepôt, le montant total des investissements ou des flux monétaires… une étude approfondie est nécessaire avant d’engager, en toute sécurité, des centaines de milliers ou des millions d’euros dans une commande. Des dispositions d’un contrat permettent d’avoir une certaine visibilité sur la fabrication, alors que le grossiste veut vendre une collection de sa création. S’il est signé à un niveau international, il faut s’informer sur la loi de l’autre pays, s’il y a une pratique qui serait condamnable, une décision d’un ministre qui risque d’interférer dans le business.

La relation entre les grossistes, qui sont des fournisseurs, avec leurs clients qui sont propriétaires d’un magasin n’est pas uniquement régie par le droit. C’est avant tout des accords commerciaux dans lesquels les fabricants interviennent. S’il y a une commission qui peut arbitrer rapidement les litiges, c’est toujours bon pour le commerce. D’autres acteurs dans le domaine du transport, le distributeur, le fournisseur de matériel et divers établissements de négoce sont susceptibles d’influencer la réalisation de votre objectif.

Diversifier son offre avec le commerce en ligne

Vendre sur internet, les grossistes n’y échappent pas. Quelle ligne de vêtements, quelle gamme, un rayon chaussures et accessoires, équipement de sport… un examen approfondi du dossier marketing est à prévoir. Intégrer les centres commerciaux dédiés au commerce de gros comme le CIFA Aubervilliers est une option. Les sites de e-commerce assurent un complément de revenus aux grossistes. Ils sont comme une annexe virtuelle du show-room implanté dans un bâtiment qui abrite le siège. Ils permettent de recueillir un avis du consommateur relatif à un modèle ou une collection. Les e-commerçants de gros sont des véhicules de croissance pour le secteur textile, car on peut toucher le monde. La réglementation doit s’adapter pour que des investissements ne tombent pas à l’eau.

Les grands noms de la haute couture sont aujourd’hui bien ancrés dans le segment du prêt-à-porter du luxe. Ils ont un appétit mondial pour ce qui est des parts de marchés. Devenir un distributeur d’une maison italienne ou française est un défi pour un grossiste. La notoriété d’une multinationale est un atout. Mais il y a aussi à gagner avec les collections de nouveaux créateurs cool, sympathiques et ingénieux. Par contre, bâtir sa propre marque est un projet difficile, même si on dispose d’un atelier de design. La notoriété est un long investissement.