Ventre privé à -70% inscriptions limitées

Je m’inscris

L’achat de vêtement en gros, pour un marché qui réussit

vetement-gros-marche

vetements-gros-marche

Le prêt-à-porter étant un secteur en constante évolution, il est nécessaire de connaître les rouages de ce segment de marché pour réussir dans le commerce de textile. Mais alors, que faire pour être à la direction d’un magasin de gros ou d’une boutique détaillant à succès ? Bien que cela soit nécessaire, avoir une bonne formation en commerce ne suffit plus. Voici d’autres informations incontournables pour se lancer dans le secteur des vêtements et chaussures de mode.

Le respect du code de distribution pour les entreprises de mode en France

L’industrie vestimentaire tient une place importante dans l’économie nationale. En effet, le secteur de l’emploi dans ce type d’activités compte environ 340 000 salariés. En outre, les dépenses annuelles en habillement valent en 2014 près de 39 milliards d’euros, contre 9 milliards d’euros en chaussures.

Pour pouvoir percer les marchés de fabrication et de vente de vêtement et faire face à la concurrence, chaque entreprise voulant asseoir sa notoriété au niveau national doit toutefois respecter les textes réglementaires en vigueur. Comme la fabrication nationale ou « Made in France » connaît un essor considérable, il peut être judicieux de prendre conseil auprès de la source Legifrance pour profiter, notamment, de cette dénomination.

En outre, les professionnels locaux doivent mettre en œuvre une stratégie commerciale détaillée relative à tous leurs travaux de conception et de distribution de produit et de service. En application des dispositifs relatifs à la vente par correspondance proposés en annexe sur le site officiel du Ministère du Commerce, ils devront, par exemple, faire profiter à leur clientèle une durée moyenne de rétractation légale après leurs achats, combien même il s’agit d’articles de mode. De telles dispositions peuvent notamment altérer considérablement la gestion du stock interne.

vetement-engros-marche

Le respect de la réglementation européenne en vigueur

Les dispositions européennes imposent à toute société textile le marquage de l’origine de chaque produit avant de le mettre en vente. Outre le suivi minutieux des étapes de production, notamment le contrôle de l’état du matériel utilisé, le traitement de l’eau et la qualité des matières textiles utilisées, l’Union européenne tient aussi un point d’honneur au respect du droit à la consommation. Dans le cadre de la sécurité et de la protection des consommateurs, les sociétés d’habillement doivent préciser toutes les caractéristiques techniques de leurs équipements et accessoires, en mentionnant sur leur portail de vente ou leur site vitrine le moindre détail de leurs produits.

Malheureusement, il se peut que de telles pratiques puissent, à moindre mesure, léser les secteurs privés, surtout quand s’y ajoutent les impératifs du droit public, de la loi sociale et du Code du travail. En effet, établir une analyse ou un rapport relatif à chaque opération professionnelle peut constituer une dépense notoire pour une entreprise locale.

Les impératifs de gestion de prix applicable sur le marché

Les nouvelles opérations budgétaires des ménages engendrées par le développement de l’internet ont une fonction clé dans la manière d’inciter les personnes cibles à agir. Friands de nouveautés, les consommateurs tendent à suivre facilement toutes les nouvelles tendances.

Toutefois, l’analyse de la concurrence limite la portée de chaque politique de prix que pourraient envisager les boutiques, les magasins et les revendeurs. Pour offrir le meilleur rapport qualité/prix possible dans leur offre, les établissements de mode se doivent d’analyser leur chiffre d’affaires en fonction de la nature de l’activité, mais aussi des mesures prises par les autres acteurs du milieu. Dans cette perspective, recourir les services d’un bureau d’étude peut aider à limiter tout risque de faux pas et de mauvaise interprétation lors du traitement de l’information. Bien qu’offrant une valeur ajoutée non négligeable, demander l’intervention technique de tels établissements peut malheureusement s’avérer relativement coûteux pour un magasin de petite taille.

L’exploitation du réseau de gros sur le territoire français

Pour faire face à toutes ces limitations de fabrication au niveau national et pour augmenter les ventes, de nombreux revendeurs optent pour un contrat d’approvisionnement à l’international, tout en conservant l’idée de « produits français ». Respectant les normes en vigueur dans les pays frontaliers, centre et groupe de type CIFA basé à Paris ou autre région métropolitaine offrent aux entreprises locales la possibilité de mieux gérer leur stock, de profiter de modalités de transport et de paiement plus personnalisées, de profiter d’un taux de change relativement fixe, contrairement aux entreprises qui choisissent un entretien direct avec les fabricants chinois et asiatiques et qui sont soumises aux aléas des cours monétaires.