Ventre privé à -70% inscriptions limitées

Je m’inscris

Le métier de vendeur de vêtement en gros en France

vetement-gros-france

vetements-gros-france

Le métier de grossiste dans le prêt-à-porter se renouvèle constamment. Les acteurs s’adaptent au contexte économique et à la demande du marché. Vendre des vêtements en gros en France est une activité qui a été démocratisée récemment. Il faut donc avoir des informations sur votre partenaire commercial afin de distinguer les grossistes professionnels avec de l’expérience dans le textile, d’une part, des nouveaux agents commerciaux dont le savoir-faire est lié à internet et la vente, d’autre part. La bataille des prix est toujours gagnée par les grandes enseignes qui écoulent de grosses quantités de produits sur le marché. Mais dans le commerce de la mode, c’est-à-dire la vente de vêtements, chaussures et accessoires pour femme, homme et enfant, tout le monde a sa chance. L’ouverture de milliers de boutiques chaque année conforte le commerçant en gros qui ne manquera pas de clients. Sauf que de nouveaux agents commerciaux deviennent des grossistes pour concurrencer les commerçants traditionnels. Quand on vend les mêmes marchandises, c’est la qualité de service qui fait la différence.

vetement-engros-france

Des vêtements en gros à prix déstockés

Combien de clients un grossiste dans le prêt-à-porter en France peut-il avoir ? Certains affichent non sans fierté plus de 4000 détaillants ou acheteurs réguliers qui viennent se fournir en vêtements, chaussures et accessoires. Un tel grossiste se spécialise dans le déstockage. Il se focalise sur la vente en gros de produits en fin de série. Il négocie auprès des marques qui doivent déstocker en fin de saison. Cela donne des dizaines des milliers de références et des millions de pièces. Le grossiste n’a pas forcément les moyens logistiques pour stocker tous ces produits. La livraison peut donc être assurée directement par le fournisseur qui ne va pas s’identifier auprès du client. Un prix déstocké ne veut pas dire des produits bas de gamme. C’est le cycle de vie de la mode qui impose les producteurs, les enseignes et les fabricants, à passer à de nouvelles collections pour hommes, femmes et enfants.

Brader les prix, certaines enseignes ne sont pas trop enthousiastes à le permettre, du moins en France. Le grossiste a par ailleurs intérêt à acheter des produits de premiers choix et non pas seulement de premiers prix. Ce qui signifie que des vêtements et accessoires déstockés en France sont destinés à des marchés étrangers. Cela permet aux marques, spécialement les Françaises, d’avoir une visibilité dans les autres pays européens, mais aussi dans le Maghreb. Le cout de l’expédition devient supportable vu que les prix des produits ont été cassés. De plus, les détaillants ou grossistes dans ces pays pourraient encore prendre une marge intéressante dans la mesure où les modèles concernés ne sont pas encore démodés. La tendance à Paris a un temps d’avance sur ce qui est fashion à Alger, au Luxembourg ou dans les villes espagnoles. L’Angleterre est un marché pour les grossistes en France. Là, il n’y a aucune chance de rivaliser avec Londres. Le but est de toucher les autres villes et attirer les détaillants par le prix.

Le savoir-faire du grossiste

Faire la réussite du détaillant qui vient se fournir en vêtement auprès de lui, tel est l’ambition d’un grossiste professionnel. Pour ce faire, il dispose d’un show-room et d’un catalogue constamment mis à jour. L’idée est de cadencer les arrivages en fonction de la demande des clients existants et en tenant compte de la prospection. Il faut tout de même un peu de talent pour flairer la mode. Le grossiste doit reconnaitre la tendance du moment et devancer celle de demain. L’anticipation rime avec spéculation, mais la prise de risque doit être calculée. En fin de compte, l’expertise se résume à la capacité de sélectionner les bons produits et de les proposer aux bons clients au bon moment. Et encore, le grossiste en vêtement grande taille et classique doit le faire selon la bonne quantité, intégrer dans la commande des tailles différentes avec des nombres de pièces inégales. Il doit être en mesure d’offrir aux détaillants des solutions pour booster la vente.

Les grossistes en ligne ont le vent en poupe. Ils n’investissent pas de grosses sommes d’argent pour disposer de moyens logistiques, parfois ils ne s’occupent même pas de la livraison. Ils vendent des vêtements en petite quantité, des paquets de 5 jeans ou des lots de 20 robes, misant sur des réassortiments fréquents. Il s’engage sur les stocks de manière très raisonnable et limite les invendus. Le commerce de textile reste une activité où il est facile de lancer son entreprise.