Ventre privé à -70% inscriptions limitées

Je m’inscris

Profiter du commerce en gros de vêtement de qualité

vetement-qualite-gros

vetement-qualite-engros

Acheter en gros des vêtements et exiger que toutes les pièces soient impeccables, c’est le propre des commerçants détaillants dans le prêt-à-porter. Les spécificités seront difficiles à contrôler quand on a affaire à une grosse commande. Il faut dans ce cas se fier au tri effectué par un spécialiste de l’achat textile travaillant pour le compte d’un grossiste. Les pièces ayant des défauts sont écartées d’entrée. Dans le domaine de la mode, la qualité est une donnée complexe qui dépasse l’absence de vice de fabrication. Vous devez avoir certaines informations sur des fournisseurs potentiels avant de faire votre choix.

L’art d’acheter

Ce n’est pas pour rien que dans les entreprises commerciales, il y a une personne responsable des achats. Le propriétaire d’une boutique de mode doit malheureusement se débrouiller seul avec son fournisseur. En cas de grand volume de commande, le risque d’avoir des pièces défectueuses est à considérer. D’autant que si aucun retour de marchandise n’est possible, il y aura un impact négatif sur le chiffre d’affaires du détaillant. Quand on tient un magasin, on est obnubilé par les techniques de vente. On oublie trop souvent qu’il faut aussi avoir l’art d’acheter.

La beauté du design et la noblesse du tissu ont un prix dans le domaine de la mode. Il faut avoir le flair pour savoir qu’une ligne de vêtements est assez bon marché, achetée chez un grossiste, et sera une très bonne affaire lors de la revente en détail. Un marchandage réussi est une aubaine pour l’acheteur qui investit moins sur un stock et qui pourra avoir une plus grande marge bénéficiaire. Le timing est un des éléments clés, puisque commander à l’avance permet d’avoir un tarif avantageux auprès du fabricant. Enfin, l’approvisionnement doit être synchronisé avec la gestion des stocks.

Soigner le contrat avec son fournisseur

Si on veut s’approvisionner en vêtement de qualité, il faut avoir un contrat longue durée avec un grossiste. Il ne faut pas limiter la relation à une transaction ponctuelle. La confiance doit être réciproque. Le commerçant de gros peut être amené à avancer l’argent pour le fabricant. Il doit alors être certain de la solvabilité du détaillant à qui il va vendre toute une collection. Le contrat permet de baliser la demande pour que le service du grossiste soit toujours optimisé. Rien ne vaut une procédure et un système bien mis en place et que l’on applique à chaque lot commandé.

Les modalités de la convention signée entre un fournisseur et un détaillant permettent de régler à l’avance des éventuels problèmes. Elles abordent notamment le délai de livraison. Le commerçant de gros en France peut réceptionner la marchandise envoyée par le fabricant et les réacheminer vers le détaillant. Le parcours peut être raccourci quand le fournisseur décide de faire livrer la commande directement chez son client. La question du prix est à clarifier. À partir de combien celui-ci sera-t-il dégressif ? Il faut aussi mettre à plat les différents coûts logistiques et les tarifs liés à l’importation.

vetements-qualite-gros

Les caractéristiques d’un beau vêtement

La beauté est relative, mais il vaut mieux en déterminer le contour dans un contrat d’approvisionnement. La première règle est que les pièces fournies par le fabricant aient les mêmes caractéristiques que celles que l’on trouve dans le showroom du grossiste. On peut s’attarder sur des détails, comme la finesse ou l’épaisseur du tissu, l’exactitude du ton de la couleur, la robustesse, la solidité des coutures ou la finition en général. Il faut aussi s’assurer que les tailles correspondent aux normes, qu’un S ne soit pas trop large ou qu’un L trop petit.

Certains types de vêtements ont des critères spécifiques. Les pantalons pour homme devraient-ils être plus résistants en plus d’être élégant ? Les modèles pour enfants doivent rassembler des critères, comme le confort, la sécurité et la robustesse. Les accessoires d’un vêtement, comme le bouton, la fermeture, un élastique ou une ceinture, sont souvent révélateurs de la catégorie du produit.

Démocratiser les grandes marques

On est habitué à voir des prix parfois exorbitants des vêtements de marque qu’on oublie qu’ils ne coûtent pas aussi chers à la sortie de l’usine. Un jean fabriqué dans un pays à main-d’œuvre low-cost coûte moins de 5 euros la pièce. Arrivé dans une boutique parisienne, il est étiqueté à 80 voire 100 euros. Les détaillants prennent la plus grande marge. Pour démocratiser les grandes marques, ce sont donc les intervenants du commerce qui doivent revoir leur marge. On ne peut pas toujours accuser la marque d’être trop cher, alors qu’on les reproche parfois d’avoir recours à une main-d’œuvre bon marché.

Avec la mondialisation de la production, il est de plus en plus difficile de distinguer les marchandises de contrefaçon. La fiabilité du fournisseur est donc primordiale. Un atelier asiatique qui a déjà eu comme client une grande marque américaine peut en effet produire des produits aux apparences authentiques, mais qui ne le sont pas légalement.

Le pays de fabrication est une garantie

Dans la mesure où il est difficile de contrôler les ateliers des fabricants pour voir si les produits sont authentiques, si l’entreprise est redevable socialement ou encore si les droits du travail sont respectés, il ne reste plus qu’à se fier aux pays où les réglementations sont strictes et appliquées. L’Asie n’est plus imbattable puisqu‘avec l’augmentation du niveau de vie et les revendications des petites mains du textile, les salaires ont augmenté. La tentation est alors grande pour les fabricants de proposer des produits, vêtements et chaussures, qu’ils peuvent vendre plus cher.

Les pays de l’Europe de l’Est et même du Moyen-Orient ont profité du recul de la domination chinoise sur la filière textile mondiale. Les grossistes installés en France sont nombreux à s’approvisionner auprès de ces fabricants qui maitrisent bien le processus de production. Si la cotation à la sortie de l’usine est un peu plus élevée qu’en Asie, on gagne sur le coût des transports et le délai de livraison. Importer des vêtements de pays fabricants de l’Union européenne offre encore plus d’avantages. Le Portugal et l’Italie sont des fournisseurs textile fiables. Le Maghreb, à savoir la Tunisie et le Maroc, est aussi très présent sur le marché européen. Rien ne vaut la classe du made in France que les consommateurs exigeants adoubent malgré des tarifs plus élevés.