Ventre privé à -70% inscriptions limitées

Je m’inscris

Devenir un fournisseur de vêtement en gros

fournisseur-vetement-gros

fournisseur-vetements-gros

Être un grossiste dans la filière prêt-à-porter est un métier qui devient accessible à tout le monde. Le fournisseur de vêtement en gros doit cependant respecter certaines règles, appliquer une véritable stratégie commerciale pour pérenniser son affaire. Tout le monde essaie d’être compétitif sur les prix pour booster la vente. Les grossistes en ligne sont des concurrents redoutables parce qu’ils n’ont pas à investir un seul euro pour lancer le business Vêtements, chaussures et accessoires pour homme, femme et enfant, le commerce de gros offre de nombreux choix parmi des millions de références. La mode est en effet un marché universel que vous pouvez avoir un fournisseur à l’autre bout du monde et offrir votre service en tant que grossiste en France.

Donner des informations claires et précises sur votre entreprise et votre activité de commerce en gros, voilà un moyen de rassurer vos clients et vos partenaires sur vos bonnes intentions et votre professionnalisme. Pour les deux parties, le premier achat est déterminant pour la suite du partenariat. Le grossiste doit assurer la livraison dans le délai imparti, avec le nombre et les types de pièces prévus, la qualité attendue. Le propriétaire de la boutique doit payer à la commande ou à la livraison. SI la transaction s’est passée sans encombre, il peut par la suite envisager des facilités de paiement. C’est un avantage qu’il faut mériter. Il dépasse le symbole de la confiance entre deux partenaires. Il signifie que le détaillant peut faire des assortiments sans avoir sur le moment l’argent nécessaire. Quand un magasin de mode dispose de la trésorerie, il peut investir pour ajouter de nouvelles références de la mode pour homme ou femme, payer certains coûts qui ne peuvent pas attendre.

fournisseur-devetement-gros

Un grossiste de métier

Le bon plan, que ce soit pour le fournisseur de vêtement en gros ou le détaillant est la possibilité de gérer les stocks. Contrairement aux idées reçues, le but n’est pas d’en avoir le maximum pour être prêt à répondre aux demandes des clients. Il faut en avoir une quantité raisonnable, sans forcément le minimum. Les grossistes professionnels que l’on retrouve sur les marchés dédiés au textile comme le quartier du Sentier à Paris ou le Centre International France Asie à Aubervilliers offrent tout de même les meilleures garanties. Ils ont des millions de pièces et des dizaines de milliers de références disponibles en stock. Les clients peuvent venir avec leur voiture utilitaire pour se faire livrer rapidement, cela même si l’achat a été réglé par internet. Ces grossistes ont des show-rooms que l’on peut visiter. Les propriétaires d’une boutique peuvent venir pour vérifier la qualité des vêtements, en particulier le tissu et la finition. Ils viennent de toute la France pour faire un approvisionnement dans la capitale de la mode. Cela ne leur coûte que le billet de train aller-retour ainsi que le fret. Les coûts sont intéressants et ils sont largement justifiés par cette assurance de proposer dans ses rayons des produits qui correspondent parfaitement à leur gamme. Le client aura l’impression de payer le juste prix.

Faut-il avoir les moyens pour devenir grossiste de vêtements ?

Les grossistes en ligne dynamisent le marché du prêt-à-porter en France. Ils sont à la fois vendeurs et clients. Ils se fournissent auprès de grossistes professionnels basés en France, entre autres, ceux qui ont les moyens financiers et logistiques nécessaires pour acheter et stocker des millions de pièces. Une seule commande auprès d’un fabricant peut en effet atteindre les centaines de milliers d’euros. Le grossiste qui officie uniquement sur internet peut être ambitieux et y mettre les moyens. Entrepôts, espaces pour la préparation de la marchandise, une flotte de véhicules et des coursiers pour la livraison, une équipe commerciale pour servir les acheteurs… ils n’ont rien à envier aux commerçants en gros classiques. De tels investissements sont rares. La plupart des « pure players » se limitent à un rôle d’intermédiaire commercial, à être une interface incontournable entre les marques et les boutiques de mode. Ils ont de petits stocks qu’ils renouvellent fréquemment. L’absence de prix dégressif est vite oubliée grâce à la réduction des frais liés au stockage. Le plus important est la possibilité d’adapter la commande en temps réel, tenant compte de la vente et de la demande des consommateurs finaux. Le dropshipping gagne du terrain, qu’il soit aussi bien appliqué par les petits grossistes du web que les sites e-commerces de vêtements. Il consiste à proposer des milliers de références dans son catalogue. C’est le fournisseur qui détient les stocks. Il va livrer la commande aux clients.